Focus | Délivrabilité & réputation : comment vos e-mails sont-ils filtrés ?

Pour arriver en boîte de réception, vos messages doivent passer différents filtres. Point sur leur fonctionnement et leur impact sur votre délivrabilité.

Découvrez le processus de filtrage des e-mails et l’impact sur votre réputation

Les fournisseurs de compte e-mail (MSP) ont mis en place un système de filtrage sur leurs serveurs de réception e-mail maintenant largement basé sur la réputation et les pratiques marketing de l’expéditeur.

Afin de gérer au mieux leurs ressources dédiées à la réception des messages, les MSP essayent d’identifier le plus tôt possible les messages non sollicités. Le mécanisme de filtrage est déployé en plusieurs étapes :

  • Le 1er niveau tente d’évaluer la réputation de l’expéditeur (avant tout échange de message)
  • Le 2nd niveau s’attache à analyser le contenu du message autant sur le plan technique « qu’éditorial »
  • À la 3ème étape, le MSP prend la décision d’accepter ou non le message et la façon de le livrer

processus-filtrage-emails

Un filtrage avant la transmission du message

Les MSP basent largement leur filtrage sur la réputation attribuée au couple adresse IP du serveur d’envoi/domaine expéditeur. Ils définissent d’abord le volume de messages acceptés sur une période de temps donnée (meilleure sera la réputation, plus grand sera le volume accepté par chaque MSP). Ils s’appuient ensuite sur les protocoles d’authentification (SPF/DKIM/DMARC) pour déterminer la légitimité de l’expéditeur et vérifier que l’intégrité du message a été respectée pendant son transport.

Arrive ensuite la vérification des éventuels blacklistages sur l’adresse IP du serveur d’envoi et/ou le domaine expéditeur. C’est après cette étape qu’entre en compte la réputation d’expéditeur, basée sur l’historique de réception interne ou bien des données fournies par les vendeurs de solutions de réputation.

cas-client-vente-du-diable-delivrabilite

Le filtrage après transmission du message

Si le filtrage en amont le permet, l’échange du contenu du message entre serveurs est accepté. Plusieurs analyses sont alors ensuite mises en œuvre :

  • Comparaison avec des messages similaires déjà reçus par le MSP
  • Catégorisation du type de contenu par un fournisseur externe
  • Étude du contenu textuel de l’e-mail par des filtres bayésiens ou heuristiques
  • Évaluation de la qualité du message (code HTML, ratio texte/images, présence et lisibilité du lien de désabonnement…)
  • Application de filtres « utilisateurs » que les propriétaires des adresses e-mail destinataires ont eux-mêmes définis sur leur compte.

Une décision de livraison des messages catégorisée

Au terme de ces analyses successives le MSP prend sa décision sur la façon de traiter le message. Il peut le refuser simplement et le message ne sera alors vu par personne. Il peut aussi le placer en boîte « Spam ». Si le message a été qualifié de « Gray mail » (message commercial non prioritaire) dans les étapes précédentes, il pourra être aiguillé vers un répertoire « Réseaux sociaux », « Commercial », « Marketing » ou encore « Promotions » (ce qui rendra au passage son identification plus aisée pour le destinataire). Cette classification « Gray mail » est souvent fournie par un prestataire externe au MSP.

 

Même si chacun d’entre eux peut définir ses propres paramètres, ces grands principes de filtrage s’appliquent de manière similaire chez tous les MSP. Il convient donc de construire et maintenir dans le temps votre bonne réputation d’expéditeur et de respecter les bonnes pratiques du message marketing. Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté pour atteindre la boîte de réception de vos contacts.

Vous souhaitez obtenir davantage d’information sur le filtrage de vos e-mails ?
Contactez le service délivrabilité de Dolist au 05 57 26 25 70 ou par e-mail

Auteur : Stéphane Bricard, responsable délivrabilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *