Expert | Top 5 des questions posées pour comprendre la délivrabilité

Impact de la réputation d’expéditeur ou rythme d’envoi… Découvrez notre top 5 des questions récurrentes concernant la délivrabilité et la qualité de routage.

top5-delivrabilité

Stéphane Bricard DolistVous étiez nombreux à nous poser vos questions lors du dernier web-séminaire « Délivrabilité & Qualité de routage ». Au-delà des points directement évoqués dans notre présentation, les questions portaient sur des sujets qui reviennent de manière récurrente. Ils sont liés à des interrogations aussi diverses que l’impact de la réputation d’expéditeur ou le rythme d’envoi. Voici le top 5 des questions sur la délivrabilité.

Existe-il des créneaux horaires optimaux pour l’envoi d’e-mails ?

Il est d’abord important de rappeler que l’e-mail n’est pas un système de messagerie instantanée. Pour des raisons diverses, un e-mail n’atteint pas forcément son destinataire immédiatement dès qu’il est envoyé. Le décalage peut dépendre du simple encombrement du réseau ou des serveurs destinataires et qu’il faut prendre en compte. Par exemple, le démarrage de la journée américaine (en début d’après-midi en Europe)  ajoute une pression sur les infrastructures des grands MSP. La réputation de l’expéditeur peut aussi directement influer sur un filtrage basé sur le volume des messages que tel ou tel FAI va accepter pour une période de temps donnée. On sait par ailleurs que certains FAI acceptent à priori des volumes de messages plus élevés pendant les heures creuses de la nuit. Mais l’important est que le message parvienne à son destinataire… quand celui-ci souhaitera le recevoir. Pourquoi ne pas lui demander à quelle heure, à quel moment de la journée il préfère recevoir vos messages ? Cela peut vous permettre de mieux réguler vos envois.

Le rythme d’envoi idéal existe-t-il ?

Le rythme de diffusion est un paramètre que ni vous ni votre routeur ne maîtrisez complètement. La plateforme de routage que vous utilisez peut vous permettre de choisir à quel rythme vous souhaitez envoyer votre campagne. Mais là aussi il faut prendre en compte les limitations « mécaniques » ou de contrainte que les FAI/MSP mettent en place. Au final ce sont bien eux qui décident (et chacun avec ses règles particulières)  à quel rythme ils acceptent les messages que vous envoyez. Tout est donc une question de compromis entre vos besoins et le volume que les FAI sont prêts à accepter – au moment – de l’envoi de votre campagne.

5 questions récurrentes pour comprendre la délivrabilité

Combien de temps faut-il pour construire la réputation d’un expéditeur ?

Quels que soient le volume et le type de message envoyé, la construction d’une réputation d’expéditeur prend du temps. Il faut compter en général quelques semaines de routage sans incidents pour obtenir une bonne réputation chez chacun des grands MSP. Cela peut même aller jusqu’à 2 à 3 mois chez certains d’entre eux. Pendant cette période de « rodage » il est important d’augmenter très progressivement le volume quotidien envoyé. Ce paramètre devrait être pris en charge automatiquement par votre routeur afin d’éviter le déclenchement de filtrage sur le volume. Cela s’applique pour tout envoi dépassant les quelques centaines de messages quotidiens y compris pour une simple newsletter.

Des envois irréguliers liés à une activité saisonnière ont-ils un impact négatif sur la réputation d’expéditeur ?

Pour évaluer la qualité de vos envois – et donc calculer votre score de réputation – les FAI/MSP observent en permanence le flux de messages que vous envoyez vers leurs abonnés/clients. Si l’irrégularité de ce flux ne nuit pas directement à la réputation, elle n’est cependant pas sans conséquence. En effet les périodes de « silence » entre vos pics d’envoi peuvent entraîner la perte du score de réputation. Lors de la reprise des envois les FAI/MSP vous attribueront un score neutre, inconnu. Il vous faudra donc recommencer à reconstruire une réputation, chez chacun d’entre eux. C’est pourquoi il convient, plus encore dans le contexte d’une activité irrégulière, de maintenir un flux constant de messages, au plus près des attentes de vos contacts, tout au long de l’année. C’est la seule solution qui vous permettra de conserver votre bonne réputation et de continuer à profiter de ses bénéfices notamment en termes de volume de messages acceptés quotidiennement.

J’ai de mauvais indicateurs de réputation chez Microsoft, dois-je arrêter mes envois vers Hotmail/Outlook ?

Votre routeur vous remonte des alertes de réputation négatives dans la galaxie Microsoft ? Il peut s’agir d’un mauvais score, d’un volume de plaintes ou de spamtraps adressés élevés. Il ne faut – surtout pas – arrêter vos envois à destination de tel ou tel FAI/MSP. Mais au contraire profiter de ce retour d’informations que Microsoft est l’un des seuls à fournir avec Gmail. Il s’agit en effet de considérer ces alertes comme un symptôme qui doit vous aider à identifier et corriger un problème. En général ce sont des révélateurs de défaillances de votre stratégie liées à la collecte ou l’hygiène de la liste de contacts, d’une trop grande pression marketing ou du manque d’appétence de vos contacts pour vos communications.

Vous souhaitez en approfondir vos connaissances sur la délivrabilité et la qualité de routage ? Consultez le replay de notre web-séminaire « Délivrabilité & Qualité de routage : what happens, what’s new, what’s next ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *